Mémento

Secours en montagne

Mémento secours en montagne

Cliquez sur l'image ci-dessous, vous ouvrirez le document recensant toutes les coordonnées des secours en montagne français et étranger pour tous les moyens de communication cités dans cette page

Radio VHF

Le réseau VHF comporte de nombreuses fréquences attribuées aux professionnels de la montagne : PGHM, Compagnie des Guides, refuges, CAF, stations de ski, etc...

Plutôt dédiée aux professionnels de la montagne : guides, accompagnateurs, moniteur spéléo, canyonning, etc... depuis 2000 une initiative d'ouverture à un public plus large : particulier avec inscription au SDIS 74 et utilisation de radios homologuées a fédéré plusieurs pays : France, Italie et Suisse pour la création du réseau de secours Canal Emergency (canal E) sur une fréquence unique veillée par les structures de secours : PGHM, CRS, SDIS (Pompiers) en France, l’Organisation Cantonale Valaisanne des Secours ainsi que la Rega en Suisse
Protection Civile de la Vallée d’Aoste en Italie

Déclararation à faire auprès du SDIS74 contact :

Les professionnels, moyennant un abonnement par exemple à la Chamoniarde peuvent accèder à un réseau plus large : Grand Réseau des Alpes regroupant Sécurité Alerte Mont-Blanc, Vanoise, Dauphiné, Oisans / Ecrins et Ubaye
Contacter La Chamoniarde

Un excellent article dédié à ce sujet est disponible sous camptocamp ainsi que sur les forums

Choix d'une radio VHF :

L e choix se porte soit vers
- des radios homologuées : de 300 à 500 euros à faire programmer (exemple Le Vieux Campeur à Sallanches)
ou en occasion mais dans ce cas il faut programmer la radio
- des radios chinoises à programmer soi-même : bien moins cher mais qualité bien sur inférieure aux radios pro
voir ici
— le meilleur compromis : une radio pro d'occasion (sur leboncoin). Je recommande la Motorola GP340 grand standard chez les professiones (PGHM, etc...)


Téléphone portable

Les structures de secours s'articulent essentiellement autour des PGHM et des CRS. Dans bien des départements, des numéros unique de secours ont été mis en place.
Le portable s'est généralisé mais par contre dans nos montagnes, les zones blanches (zones dans lequelles le portable ne peut se connecter à un réseau) sont encore bien nombreuses en particulier dans les Pyrénées.
Assez souvent, même depuis le parking ou la rando ou la course démarre, le réseau est déjà absent.

Il faut essayer, parfois une faible couverture se traduit par le message "appels d'urgence uniquement".

En zone frontalière (exemple près de l'Espagne ou de l'Andorre dans les Pyrénées) les réseaux d'autres pays sont parfois accessibles.

Dans tous les cas essayer de composer le 112.
Sinon en présence de réseau contacter le no d'appel unique et/ou les PGHM.

Si vous ne disposez d'aucun autre moyen de communication et même en absence totale de réseau, laissez votre portable allumé : les secours disposent de moyen de détection des portables.

Quel téléphone portable ?

Inutile d'avoir un super téléphone ou un smartphone pour décléncher des secours.
Un téléphone basique est à privilégier :
- clavier physique à la place d'un clavier virtuel : c'est plus facile de taper avec des gants ou lorsqu'il faut froid
- solidité : les téléphones high-tech supportent mal le séjour dans les sacs à dos et les intempéries : pluie, neige
- autonomie : un accu un peu plus gros est souvent préférable puisque offrant une plus grande autonomie et souvent une meilleure résistance au froid (risque de décharge). Si nécessaire conserver le téléphone sur soi pour permettre à la batterie de mieux fonctionner et durer plus longtemps.
- désactivation de toutes les connexions inutiles : internet, wifi, itinérance de données (réception des mails), une fois désactivées l'autonomie de la batterie se trouvera largement augmentée.

En synthèse téléphone portable basique avec une bonne autonomie et surtout adapté à la montagne : téléphone "tout-terrain" à la norme IP54 : étanche aux liquides aux poussières et aux chocs) : l'excellente marque française MTT
et le plus récent téléphone étanche Facom
En dédiant un téléphone au secours et en veillant que la batterie soit en permanence chargée, c'est le plus sur moyen d'avoir un téléphone opérationnel le jour ou il faut déclencher un secours.

Prix : moins de 200 euros

Secours portable : 112

Bien sur il est souhaitable pour tous de ne pas avoir à le faire.... comment déclencher un secours en montagne ?

Les moyens à notre disposition sont multiples mais plus ou moins opérationnels selon les massifs.
Bien évidemment plus il y a de fréquentation et de proximité, soit à proximité d'aglomérations soit avec des équipements de sports ou de stations de ski, plus les moyens de déclenchement sont nombreux alors que paradoxalement ils sont moins nécessaires lorsqu'il y a proximité avec d'autres pratiquants et une fréquentation élevée.

En zones sauvages, dans les vallées encaissées, très rapidement les moyens deviennent inopérants.
En France la situation par massif est liée à la qualité des massifs, des courses en montagne et à la fréquentation :
- dans toutes les Alpes du Nord tous les moyens de déclenchement sont la plupart du temps opérationnels : téléphone portable, radio VHF avec le formidable Canal Emergency qui permet de déclencher les secours dans les alpes françaises (Haute-Savoie), sur une partie de l'Italie (Aoste) et une partie de la Suisse (Valais)
- Ecrins, Alpes du sud : moins bien déservis que les Alpes du nord : téléphone portable, radio VHF ou il est possible de déclencher sur le canal Emergency
- Pyrénées : c'est le massif le moins bien doté en infrastructures, de plus sa géographie (vallées encaissées, peu de population, peu de stations de ski) limite les infrastructures en place et à venir.

Les moyens de communication et de déclenchement des secours sont :



Ces balises émettent un signal d'identification unique. Pour être utilisées elles doivent être enregistrées :
- enregistrement des caractéristiques de la balise grace à son numéro unique (UIN numéros à 15 chiffres mentionné au dos de la balise )
- enregistrement du domaine d'utilisation (terrestre pour la montagne)
- identification du porteur de la balise
- lieu ou vous voyagez et depuis lequel vous pouvez avoir besoin de déclencher la balise et/ou l'activité (exemple : randonnée, expé, etc ...)
- les contacts d'urgence (personnes à prévenir)
Cet enregistrement est gratuit : lien sur le site du CNES

Canal Emergency

MTT Robust

Les Balises de Détresse

Exemple de balise

Issu des célèbres balises de détresse (balises Argos) rendues célèbres par les grandes courses de voiliers et par les usages maritimes, il existe maintenant une déclinaison de petites balises appellées

BALISE DE LOCALISATION PERSONNELLE en anglais PLB (Personal Locator Beacon).

Ce sont des radiobalises de détresse émettant sur 406 Mhz, elle transmettent un signal d'alarme ainsi que la position GPS de la balise via le système international de recherches de de sauvetage par satellites COSPAS/SARSAT.

Radio VHF Balise de détresse COSPAS / SARSAT

Une fois sur place les services locaux de sauvetage peuvent également localiser la balise qui émet également sur la fréquence 121.5 Mhz pour certaines.

Matériellement les actions à faire pour déclencher ces balises sont simples :
- déployer l'antenne
- activer la balise (= déclencher la procédure d'émission de secours)

Balise de détresse personnelle Registre Balises

Autonomie : 24 heures minimum en émission continue.
Elles fonctionnent avec des accus non remplacables par l'utilisateur : elles doivent être remplacées par les constructeurs. La durée de vie d'une batterie est estimée entre 5 et 7 ans


Tous ces moyens ne doivent pas faire oublier que la prévention est déjà un élément majeur de sécurité :

- prévenez vos proches de la rando ou de la course que vous allez faire : ou par quelle voie,
- une fois sur le terrain respectez scrupuleusement l'iténéraire que vous avez déclaré, ne modifiez pas votre route,
- en hiver pas de concession à la sécurité : indispensable DVA (en état de marche, vérifié, piles en bon état), pelle, sonde

Facom F100 Motorola GP340